Les collectionneurs véritables ne s’y sont pas trompés. Car, en matière d’art, il est difficile de ne pas apprécier à leur juste mesure les œuvres d'Odette Monnier. Loin des bruits de la ville, entourée de la sérénité d’ermite qui caractérise les artistes profonds, Odette Monnier est de ces plasticiennes pour lesquelles peindre est un sacerdoce, une profession de foi. Souvent, en regardant ses toiles, je l’imagine dans son atelier du Midi de la France. Je l’imagine lorsque les travaux sont en cours, lorsque de sa fenêtre, elle voit parfois l’ombre errante de Vincent Van Gogh ou celle, moins sombre de Jean Giono. Lorsque, dans ses mains, elle tient un livre d’Edmonde Charles-Roux ou lorsqu’elle entrevoit en pensée la silhouette de Camille Claudel.
HB.